Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 29 Mars 2015 - Dimanche des Rameaux et de la Passion

    rameaux 2015.png

     

     

    Le Dimanche des Rameaux, nous lisons la PASSION, pour commencer avec l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem et l’entrée dans la Semaine Sainte. Ce dimanche est comparable à une ouverture d’opéra : tous les thèmes y sont présents.

    La foule qui acclame et qui, quelques jours après, et avec la même force, réclamera la mort.

    Le Christ qui se donne en instituant l’Eucharistie et en donnant sa vie.

    L’Église déjà présente au pied de la Croix, priante et forte même si elle ploie sous la souffrance. C’est Jean et Marie. Mais c’est aussi Pierre qui renie et les Apôtres qui s’en vont. Et là, l’Église a besoin du pardon et de la force qui va se manifester à Pâques.

    Nous entrons dans cette Semaine que l’Église appelle Sainte car elle est décisive et unique. Elle débouche sur la Vie qui gagne contre la mort, cette Vie que sept d’entre nous vont recevoir à la Veillée Pascale.                                                           

    Yves FROT
     

    SECTEUR de BEAUNE

     

    Les jeunes de l’AUMÔNERIE SCOLAIRE DE BEAUNE organisent un voyage à la Salette du 26 au 29 Avril. Nous invitons tous les paroissiens à soutenir leur projet.

    Comment ?  C’est simple… En achetant des gâteaux qu’eux- mêmes vont confectionner.

    Les ventes auront lieu :

    - Le 28 Mars : 18h à St Nicolas

    - Le 29 Mars : 10h30 à St Nicolas et 11h00 à Notre-Dame

    - Le 19 Avril  : 10h30 à St Nicolas - 11h à Notre-Dame, - 11h00 à Tailly.

     

    Merci pour votre enthousiasme.

     

    MÉNAGE DE L’ÉGLISE SAINT NICOLAS

    Lundi 30 Mars à 14h30. Merci à toutes les bonnes volontés !

     

    CONFESSIONS

     

    Notre Dame

    Saint Nicolas

    Mercredi 1er Avril

    18 h 00 à 19 h 00

    XXXXXXX

    Jeudi Saint 2 Avril

    XXXXXXX

    de 17h 00 à 18 h 30

    Vendredi Saint 3 Avril

    de 16 h 00 à 17 h 00

    XXXXXXX

    Samedi Saint  4 Avril

    de 10 h 00 à 12 h 00

    de 16 h 00 à 18 h 00

    de 10 h 00 à 11 h 00

    de 16 h 00 à 18 h 00

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En Villages   :

    Mercredi 1er Avril           18 h 00 à 19 h 00         Bligny

     Vendredi  3 Avril              16 h 00 à 17 h 00        Corgengoux

    Vendredi  3 Avril              16 h 00 à 17 h 00        Merceuil

     

    JEUDI SAINT 2 AVRIL

     15 h 00   Hôtel-Dieu

    17 h 30  Notre Dame (célébration  pour les enfants)

     18 h 30   Bligny les Beaune   

     19 h 30  Saint Nicolas  

    19 h 00  Corgengoux

     

     Adoration du saint Sacrement :

    à Notre Dame, Saint Nicolas  et  Bligny les Beaune de la fin de la messe du soir  jusqu’à minuit ; à Corgengoux jusqu’à 23 h 00.

       

    VENDREDI SAINT 3 AVRIL

     Adoration du Saint Sacrement   de 9 h 00 à 15 h 00   à  Corgengoux

     

     Chemin de croix :      

      15 h 00  Notre Dame       

      15 h 00  Centre Nicolas Rolin    

      15 h 00  Monastère du Petit Roi de Grâce    

     15 h 00  Corgengoux    

     15 h 00  Merceuil

     

      Office de la Croix dans la ville :  de St Nicolas (19 h 00)  à N. Dame (21 h 00)

    Remise de la croix aux jeunes de 5ème  à l’église Notre-Dame.

     

    MESSES DE PÂQUES

    Vigile Pascale :Samedi Saint 4 Avril 

       21 h 00   Notre Dame

       21 h 00  Sainte Marie la Blanche 

     21 h 00  Merceuil

     

     Jour de Pâques : Dimanche 5 Avril

    8 h 00  Monastère du Petit Roi de Grâce              

     9 h 30  Notre Dame           

     9 h 30  Corberon     

     10 h 30  St Nicolas                                             

     11 h 00  Notre Dame 

     11 h 00   Vignoles   

      11 h 00  Bligny les B.

     

    Lundi de Pâques : 6 Avril 

            18 h 30   Chapelle St Dominique (uniquement)

     

     

    QUÊTES IMPÉRÉES

     Vendredi Saint 3 Avril pour les Communautés Chrétiennes de Terre Sainte

    Pâques 4 & 5 Avril pour la formation des séminaristes

     

    BRADERIE DE VÊTEMENTS DU SECOURS CATHOLIQUE

    Jeudi 9 Avril, de 9h00 à 16h00, 9 rue Maizières à Beaune.

     

    OSER ENTREPRENDRE EN CHRÉTIEN

    Assises Régionales des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens

    Samedi 11 Avril 2015, de 8h30 à 17h30

    École Saint-Cœur à BEAUNE (Promenade des Buttes) – Frais = 35 €

    Inscriptions par internet : ici

              

     

    L'A.C.A.T., Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture, est une O.N.G. chrétienne qui mène des actions de lutte pour l'abolition de la torture. Elle présente un film le Lundi 13 Avril à 19h45 ā Cap Cinéma à Beaune, intitule au cœur du Goulag Moderne.

    Ce film a été tourné en 2013. Il met en image un rapport sur le phénomène tortionnaire en Russie, nous emmène au cœur des prisons russes et nous révèle les terribles conditions de détention des prisonniers.

    Le film sera suivi d'un débat animé par Christine Laroque, responsable des programmes Russie de l'ACAT.

    Venez nombreux le 13 avril à 19h45.

     

    VOIR ENSEMBLE (Mouvement Chrétien des Aveugles et Malvoyants)

    Propose de rejoindre le 70ème pèlerinage à Lourdes du 20 au 25 Avril.

    Renseignements au 03 80 71 53 48 ou g.cotedor@voirensemble.asso.f

     

    RASSEMBLEMENT DIOCÉSAIN DES ÉQUIPES DU ROSAIRE

    Samedi 25 Avril de 9h00 à 17h00, à Ruffey les Echirey.

    Contacts : M.L.Tiphaigne 03 80 22 75 40 ou A.Desbiez 03 80 22 28 83.

     

    SECTEUR DES DOUZE CLOCHERS

    Distribution des enveloppes du Denier de l’Église : Merci aux antennes de chaque village de venir retirer les documents aux permanences des Lundi 30 et Mardi 31 mars.

     

    Le Saint Chrême sera remis aux sacristines ou à leurs délégués lors de l’office du Jeudi Saint, et le Cierge Pascal, lors de La Vigile.

    Merci de prévoir une personne pour chaque village.

     

    Confessions :

    Vendredi 3 Avril de 16h00 à 17h00 à Corgengoux après le chemin de croix.

     

    Semaine Sainte :

    Jeudi Saint 2 Avril        19h00 Corgengoux

    Vendredi Saint 3 Avril (chemin de croix)      15h00  Corgengoux

     

    Messes de Pâques :     

    Vigile Pascale :             Samedi   4 Avril

            21h00   Sainte Marie

    Jour de Pâques :      Dimanche 5 Avril 

           9h30  Corberon

          11h00   Vignoles

     

    SECTEUR DE BLIGNY LES BEAUNE 

     

    Ménage de l’église de Bligny : Mardi 31 Mars à partir de 9h00.

     

    Semaine Sainte :

    Jeudi Saint 2 Avril        18h30 Bligny

    Vendredi Saint 3 Avril (chemin de croix)      15h00  Merceuil

     

    Messes de Pâques :     

    Vigile Pascale :  Samedi 4 Avril    

            21h00   Merceuil

    Jour de Pâques :  Dimanche 5 Avril

            11h00   Bligny

     

    La chorale des 5 Clochers recherche des choristes. Répétitions  le mardi à 20h00 à l’église de Bligny.

    Contact : Sylvie Pannetier (' 03 80 26 83 10).

    Lien permanent Catégories : Annonces 0 commentaire
  • Faites comme les Papes

     

    Cette nuit pensez à avancer vos montres pour être à l'heure à la messe de demain !

     

    6a00d83451619c69e201b8d0845520970c-300wi.png

    Lien permanent Catégories : Blog actu 0 commentaire
  • Trois chœurs d’enfants à la collégiale Notre-Dame

    Lu sur le Bien Public

    les-trois-choeurs-d-enfants-diriges-par-henriette-adler-anne-marie-cabut-et-christian-garneret-photo-gilles-brebant.jpg

    Photo Gilles Brébant

    Dimanche, la collégiale Notre-Dame a accueilli le chœur d’enfants de la Maîtrise Notre-Dame de Beaune et la chorale La Cigale de Lyon pour un concert exceptionnel. Devant de nombreux auditeurs, sous la direction de Christian Garneret, le chœur d’enfants de la Maîtrise Notre-Dame a tout d’abord interprété des chants religieux. Le chœur d’enfants La Cigale, dirigé par Anne-Marie Cabut, a ensuite pris le relais pour un registre plus léger. Rejoints par les enfants du conservatoire de Beaune, dirigés par Henriette Adler, les enfants de La Cigale et ceux de la Maîtrise Notre-Dame de Beaune ont interprété trois chansons dont La Mer de Charles ­Trenet et A White Rainbow de Joseph Hadar, finissant le concert en apothéose, sous les acclamations du public. 

     

    Prochaine Messe de la Maîtrise Notre-Dame

    • Dimanche 29 mars messe des Rameaux à la Collégiale, 11h

     

    Lien permanent Catégories : Blog actu 0 commentaire
  • 22 Mars 2015 - 5ème dimanche de Carême

    22 mars.png

     

    ALLIANCE, MISÉRICORDE ET PÉCHÉ

     

    C’est ce qui résume les textes de ce dimanche.

     

    Alliance, car c’est ce lien que Dieu veut entre Lui et chaque homme. Alliance donnée à Moïse, renouvelée et portée à sa perfection avec Jésus, vécue par nous. Elle est basée sur ceci : Dieu veut le meilleur pour l’homme qui s’engage à être fidèle. Elle est partenariat dont nous savons que Celui qui la tient toujours, c’est Dieu.

     

    Miséricorde : avec son synonyme tendresse. C’est l’A.D.N. de Dieu, elle dans toutes les pages de la Bible, Dieu ne fait que la proposer à l’homme.

     

    Péché : c’est la rupture, la confiance blessée, l’Alliance rompue. Le péché ne se voit qu’à l’aune de la Miséricorde et de la Tendresse.

     

    En ces jours où des temps de réconciliation nous seront proposés, et je pense à la Journée du Pardon du Vendredi 27 Mars prochain (de 13h00 à 19h00 à l’église Notre-Dame), n’hésitons pas à vérifier la manière dont chacun vit cette Alliance qu’à Pâques nous célébrerons.

     

    Yves FROT

     

    SECTEUR de BEAUNE

     

    L’assemblée générale de l’Association Familiale Catholique de Beaune et la Côte aura lieu ce Lundi 23 Mars à 20h00, salle de la Tour, cure Notre Dame. A partir de 20h30, une réflexion ouverte à tous est proposée par le Père FROT sur ‘la famille dans l’Église et le monde contemporain’, en vue du Synode des Évêques d’Octobre 2015. Un verre de l’amitié clôturera cette soirée à laquelle vous êtes tous conviés. Merci de transmettre autour de vous!

     

    SANCTUAIRE DE L’ENFANT-JÉSUS (14 rue de Chorey)

      Mardi 24 Mars à 20h30 : Veillée de prière autour de l’Enfant-Jésus

      Mercredi 25 Mars à 18h00 : Vêpres en l’honneur de l’Enfant-Jésus.

     

    SOIRÉE DE CARÊME : MERCREDI 25 MARS

    19h30 à 21h00 - Église Notre Dame

    Avec la participation de l’association des Amis des Trésors d’Art de Notre Dame, méditation autour de trois œuvres d’art de la basilique

    Thème : "Comment l’art peut porter notre prière".

     

    RETRAITE DE PREMIÈRE COMMUNION

    Pour tous les enfants qui se préparent

    Mercredi 25 Mars de 14 à 17h00, école du Saint-Cœur à Beaune.

     

    LECTURE BIBLIQUE (Avec le Pasteur Gwenaëlle BOULET)

    Jeudi 26 Mars de 18h30 à 20h00, Presbytère St Nicolas.

     

    RÉUNION DES SERVANTS D’AUTEL

    Samedi 28 Mars, de 10h00 à 12h00 à l’église Notre Dame.

     

    CATÉCHÈSE DES ENFANTS DE CE2

    Samedi 28 Mars à 14h00 à la cure Saint Nicolas.

     

    ÉVEIL DE LA FOI (enfants de 4-7ans)

    Samedi 28 Mars : célébration à 15h00 à la chapelle St Dominique

     

    CONCERT DE LA MAÎTRISE CHALONNAISE ST-CHARLES

    ET DE LA MAÎTRISE DE DIJON

    Avec l’orchestre Franck Tortillier

    Samedi 28 Mars à 20h00 à l’église Notre Dame

    Programme : « Psaumes » (Création de 2014) - Entrée = 12 €.

     

    MÉNAGE DE L’ÉGLISE SAINT NICOLAS

    Lundi 30 Mars à 14h30. Merci à toutes les bonnes volontés !*

     

     

     

    Les jeunes de l’AUMÔNERIE SCOLAIRE DE BEAUNE organisent un voyage à la Salette du 26 au 29 Avril. Nous invitons tous les paroissiens à soutenir leur projet.

    Comment ?  C’est simple… En achetant des gâteaux qu’eux- mêmes vont confectionner.

    Les ventes auront lieu :

    - Le 28 Mars : 18h à St Nicolas

    - Le 29 Mars : 10h30 à St Nicolas et 11h00 à Notre-Dame

    - Le 19 Avril  : 10h30 à St Nicolas - 11h à Notre-Dame, - 11h00 à Tailly.

     

    Merci pour votre enthousiasme.

     

    SECTEUR DES DOUZE CLOCHERS

     

    Cierge Pascal et Saint-Chrême : Merci aux sacristines de bien vouloir les déposer aux permanences des lundi 23 et mardi 24 Mars.

    Partage de l’Évangile : Mardi 24 Mars à 18h00 à l’église de Chorey.

     Éveil à la Foi : Mercredi 25 Mars à 18h30 à l’église de Corberon. Tous les enfants de 3 à 7 ans, ainsi que les enfants de CE2 sont invités avec leurs parents à participer à cette célébration.

    Répétition de la chorale : Jeudi 26 Mars à 20h00 à l’église de Ste Marie.

     Catéchèse familialepour les  enfants de CE2 :Samedi 28 Mars à 14h00 à Sainte Marie.

     Confessions :

    Samedi 28 Mars de 15h00 à 16h00 à l’église de Sainte Marie.

     Messes des Rameaux :

    Samedi 28 Mars          18h00  Ruffey 

    Dimanche 29 Mars    10h30  Meursanges      

    Horaires de la Semaine Sainte : voir ici

     Décoration des croix des villages : Comme chaque année, les sacristines ou leurs déléguées sont invitées à draper les croix de leur village en rouge pour le Dimanche des Rameaux et la Semaine Sainte, puis en blanc pour le Dimanche de Pâques et la semaine suivante.

     

    SECTEUR DE BLIGNY LES BEAUNE 

     

     Chapelet à la Divine Miséricorde :

    Vendredi 27 Mars à 14h45 à l’église de Bligny.

     

    Messe :        Dimanche 29 Mars (Rameaux

             11h00   Bligny

     

    Ménage de l’église de Bligny : Mardi 31 Mars à partir de 9h00.

     

    La chorale des 5 Clochers recherche des choristes. Répétitions  le mardi à 20h00 à l’église de Bligny. Contact : Sylvie Pannetier (' 03 80 26 83 10).

    Lien permanent Catégories : Annonces 0 commentaire
  • Concert exceptionnel - Dimanche 22 Mars 2015

    Concert exceptionnel


     
    Dimanche 22 Mars 2015, à 17 h

    La Maîtrise invite

    "la cigale de Lyon"

    à la Collégiale Notre-Dame
    (place Général Leclerc)

    Dossier de Presse

     

    concert22mars cigale.jpg

     

    Le dimanche 22 Mars à 17h00, les enfants de la Maîtrise Notre Dame invitent à la Collégiale le prestigieux chœur d’enfants lyonnais La Cigale.

     

    Ce chœur, primé dans les concours internationaux, interprètera sous la direction de son chef Anne-Marie Cabut, un programme mêlant  sacré et profane, populaire et classique. Les enfants de la Maîtrise ouvriront le concert en interprétant une partie de leur prochain programme. Les deux chœurs termineront ensemble ce concert exceptionnel rejoints par les enfants de la classe de chant choral  du Conservatoire de Beaune.

     

    Places à 10€ sur place ou 8€ sur réservation (mndbeaune@gmail.com) ou chez « Côté Musique ». Renseignements au 06 40 06 33 94.

     

    Lien permanent Catégories : Annonces, Concerts 0 commentaire
  • le 19 mars : fête de Saint-Joseph.

    Je vous salue, Joseph,

    Vous que la grâce divine a comblé,
    le Sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux,
    Vous êtes béni entre tous les hommes,
    Et Jésus, l’Enfant divin de votre virginale épouse est béni.
    Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu,
    Priez pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail,
    Jusqu’à nos derniers jours,
    Et daignez nous secourir à l’heure de notre mort.

    Ainsi soit-il.

    6a00d83451619c69e201a3fcd71a1b970b.jpg

    Joseph, issu de la race royale de David, naquit à Bethléem. Il fut d'une condition modeste et gagna son pain comme simple ouvrier. Il avait sans doute déjà un certain âge quand il devint l'époux de la Mère de Dieu. Sa haute dignité se résume en ces mots : « Père nourricier de Jésus ». La Sainte Écriture ne raconte que peu de choses à son sujet. Elle nous dit seulement qu'il était « juste ». Elle indique par là qu'il s'acquitta fidèlement de son rôle sublime de gardien envers les deux plus grands trésors de Dieu sur la terre, Jésus et Marie. Les heures les plus amères de sa vie sont, sans doute, celles où il lui fallut douter de la fidélité de sa fiancée. Mais c'est justement dans le conflit entre ses droits et ses devoirs qu'il se montra grand. Il était nécessaire que cette souffrance, qui fait partie de l’œuvre rédemptrice, fût supportée en vue d'un grand bien : Joseph est le témoin le moins suspect de la naissance virginale du Rédempteur. Ensuite, dans l'histoire de la Rédemption, Joseph passe modestement au second plan. L’Écriture ne dit même rien de sa mort. Cependant, certaines indications nous font conclure qu'il était déjà mort au moment où commença la vie publique du Sauveur. Il eut la plus belle mort que puissent désirer les hommes : il s'endormit dans les bras de Jésus et de Marie. Sa vie fut humble et obscure. Il resta aussi humble et obscur, pendant des siècles, dans l'histoire de l'Église. Ce n'est que dans les temps modernes que l'Église l'a célébré avec solennité. Les honneurs liturgiques commencèrent à lui être rendus au XVe siècle, grâce surtout à sainte Brigitte de Suède et à saint Bernardin de Sienne. Sainte Thérèse travailla aussi beaucoup à promouvoir son culte. Il a aujourd'hui deux grandes fêtes : le 19 mars, on honore sa personne et la part qu'il prit à la Rédemption; le troisième mercredi après Pâques, on honore son rôle de protecteur de l'Église. Pie IX, en effet, le proclama patron de l'Église universelle. Il est considéré aussi comme le patron de la bonne mort.

     

    messe du jeudi 19 mars :
    - à   8h30 : à la Chapelle du Cloître Notre Dame, à Beaune
    - à   9h00 : à l'église de Bligny Les Beaune
    - à 18h30 : à la Chapelle derrière à l'église Saint Nicolas, à Beaune
     
    Saint Joseph, père de notre Seigneur et notre modèle à tous, puisses-tu nous soutenir :
    . dans tous nos efforts, ceux qui nous lient à notre travail et à nos charges sociales et domestiques
    . dans nos familles, qui sont le socle de nos vies
    . dans nos prières à ton Fils notre Sauveur, qui nous guide en toutes choses par l’Esprit Saint.
    Conduits-nous vers la lumière de ton Fils bien aimé, par qui tout est possible.
    Amen.
     
     

    Lu sur site Vatican 19 Mars 2013

     Chers frères et sœurs !

    Je remercie le Seigneur de pouvoir célébrer cette Messe de l’inauguration de mon ministère pétrinien en la solennité de saint Joseph, époux de la Vierge Marie et Patron de l’Église universelle : c’est une coïncidence très riche de signification, et c’est aussi la fête de mon vénéré Prédécesseur : nous lui sommes proches par la prière, pleins d’affection et de reconnaissance.

    Je salue avec affection les Frères Cardinaux et Évêques, les prêtres, les diacres, les religieux et les religieuses et tous les fidèles laïcs. Je remercie de leur présence les représentants des autres Églises et Communautés ecclésiales, de même que les représentants de la communauté juive et d’autres communautés religieuses. J’adresse mon cordial salut aux Chefs d’État et de Gouvernement, aux Délégations officielles de nombreux pays du monde et au Corps diplomatique.

    Nous avons entendu dans l’Évangile que « Joseph fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse » (Mt 1, 24). Dans ces paroles est déjà contenue la mission que Dieu confie à Joseph, celle d’être custos, gardien. Gardien de qui ? De Marie et de Jésus ; mais c’est une garde qui s’étend ensuite à l’Église, comme l’a souligné le bienheureux Jean-Paul II : « Saint Joseph a pris un soin affectueux de Marie et s’est consacré avec joie à l’éducation de Jésus Christ, de même il est le gardien et le protecteur de son Corps mystique, l’Église, dont la Vierge sainte est la figure et le modèle » (Exhort. apost. Redemptoris Custos, n. 1).

    Comment Joseph exerce-t-il cette garde ? Avec discrétion, avec humilité, dans le silence, mais par une présence constante et une fidélité totale, même quand il ne comprend pas. Depuis son mariage avec Marie jusqu’à l’épisode de Jésus, enfant de douze ans, dans le Temple de Jérusalem, il accompagne chaque moment avec prévenance et avec amour. Il est auprès de Marie son épouse dans les moments sereins et dans les moments difficiles de la vie, dans le voyage à Bethléem pour le recensement et dans les heures d’anxiété et de joie de l’enfantement ; au moment dramatique de la fuite en Égypte et dans la recherche inquiète du fils au Temple ; et ensuite dans le quotidien de la maison de Nazareth, dans l’atelier où il a enseigné le métier à Jésus.

    Comment Joseph vit-il sa vocation de gardien de Marie, de Jésus, de l’Église ? Dans la constante attention à Dieu, ouvert à ses signes, disponible à son projet, non pas tant au sien propre ; et c’est cela que Dieu demande à David, comme nous l’avons entendu dans la première Lecture : Dieu ne désire pas une maison construite par l’homme, mais il désire la fidélité à sa Parole, à son dessein ; c’est Dieu lui-même qui construit la maison, mais de pierres vivantes marquées de son Esprit. Et Joseph est « gardien », parce qu’il sait écouter Dieu, il se laisse guider par sa volonté, et justement pour cela il est encore plus sensible aux personnes qui lui sont confiées, il sait lire avec réalisme les événements, il est attentif à ce qui l’entoure, et il sait prendre les décisions les plus sages. En lui, chers amis, nous voyons comment on répond à la vocation de Dieu, avec disponibilité, avec promptitude, mais nous voyons aussi quel est le centre de la vocation chrétienne : le Christ ! Nous gardons le Christ dans notre vie, pour garder les autres, pour garder la création !

    La vocation de garder, cependant, ne nous concerne pas seulement nous les chrétiens, elle a une dimension qui précède et qui est simplement humaine, elle concerne tout le monde. C’est le fait de garder la création tout entière, la beauté de la création, comme il nous est dit dans le Livre de la Genèse et comme nous l’a montré saint François d’Assise : c’est le fait d’avoir du respect pour toute créature de Dieu et pour l’environnement dans lequel nous vivons. C’est le fait de garder les gens, d’avoir soin de tous, de chaque personne, avec amour, spécialement des enfants, des personnes âgées, de celles qui sont plus fragiles et qui souvent sont dans la périphérie de notre cœur. C’est d’avoir soin l’un de l’autre dans la famille : les époux se gardent réciproquement, puis comme parents ils prennent soin des enfants et avec le temps aussi les enfants deviennent gardiens des parents. C’est le fait de vivre avec sincérité les amitiés, qui sont une garde réciproque dans la confiance, dans le respect et dans le bien. Au fond, tout est confié à la garde de l’homme, et c’est une responsabilité qui nous concerne tous. Soyez des gardiens des dons de Dieu !

    Et quand l’homme manque à cette responsabilité, quand nous ne prenons pas soin de la création et des frères, alors la destruction trouve une place et le cœur s’endurcit. À chaque époque de l’histoire, malheureusement, il y a des « Hérode » qui trament des desseins de mort, détruisent et défigurent le visage de l’homme et de la femme.

    Je voudrais demander, s’il vous plaît, à tous ceux qui occupent des rôles de responsabilité dans le domaine économique, politique ou social, à tous les hommes et à toutes les femmes de bonne volonté : nous sommes « gardiens » de la création, du dessein de Dieu inscrit dans la nature, gardiens de l’autre, de l’environnement ; ne permettons pas que des signes de destruction et de mort accompagnent la marche de notre monde ! Mais pour « garder » nous devons aussi avoir soin de nous-mêmes ! Rappelons-nous que la haine, l’envie, l’orgueil souillent la vie ! Garder veut dire alors veiller sur nos sentiments, sur notre cœur, parce que c’est de là que sortent les intentions bonnes et mauvaises : celles qui construisent et celles qui détruisent ! Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, et même pas non plus de la tendresse !

    Et ici j’ajoute alors une remarque supplémentaire : le fait de prendre soin, de garder, demande bonté, demande d’être vécu avec tendresse. Dans les Évangiles, saint Joseph apparaît comme un homme fort, courageux, travailleur, mais dans son âme émerge une grande tendresse, qui n’est pas la vertu du faible, mais au contraire, dénote une force d’âme et une capacité d’attention, de compassion, de vraie ouverture à l’autre, d’amour. Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, de la tendresse !

    Aujourd’hui, en même temps que la fête de saint Joseph, nous célébrons l’inauguration du ministère du nouvel Évêque de Rome, Successeur de Pierre, qui comporte aussi un pouvoir. Certes, Jésus Christ a donné un pouvoir à Pierre, mais de quel pouvoir s’agit-il ? À la triple question de Jésus à Pierre sur l’amour, suit une triple invitation : sois le pasteur de mes agneaux, sois le pasteur de mes brebis. N’oublions jamais que le vrai pouvoir est le service et que le Pape aussi pour exercer le pouvoir doit entrer toujours plus dans ce service qui a son sommet lumineux sur la Croix ; il doit regarder vers le service humble, concret, riche de foi, de saint Joseph et comme lui, ouvrir les bras pour garder tout le Peuple de Dieu et accueillir avec affection et tendresse l’humanité tout entière, spécialement les plus pauvres, les plus faibles, les plus petits, ceux que Matthieu décrit dans le jugement final sur la charité : celui qui a faim, soif, est étranger, nu, malade, en prison (cf. Mt 25, 31-46). Seul celui qui sert avec amour sait garder !

    Dans la deuxième Lecture, saint Paul parle d’Abraham, qui « espérant contre toute espérance, a cru » (Rm 4, 18). Espérant contre toute espérance ! Aujourd’hui encore devant tant de traits de ciel gris, nous avons besoin de voir la lumière de l’espérance et de donner nous-mêmes espérance. Garder la création, tout homme et toute femme, avec un regard de tendresse et d’amour, c’est ouvrir l’horizon de l’espérance, c’est ouvrir une trouée de lumière au milieu de tant de nuages, c’est porter la chaleur de l’espérance ! Et pour le croyant, pour nous chrétiens, comme Abraham, comme saint Joseph, l’espérance que nous portons a l’horizon de Dieu qui nous a été ouvert dans le Christ, est fondée sur le rocher qui est Dieu.

    Garder Jésus et Marie, garder la création tout entière, garder chaque personne, spécialement la plus pauvre, nous garder nous-mêmes : voici un service que l’Évêque de Rome est appelé à accomplir, mais auquel nous sommes tous appelés pour faire resplendir l’étoile de l’espérance : gardons avec amour ce que Dieu nous a donné !

    Je demande l’intercession de la Vierge Marie, de saint Joseph, des saints Pierre et Paul, de saint François, afin que l’Esprit Saint accompagne mon ministère et je vous dis à tous : priez pour moi ! Amen.

     

    Pratique : une dévotion particulière à saint Joseph en ce jour !

    Lien permanent 0 commentaire
  • 15 Mars 2015 - 4ème dimanche de Carême

    Messe des familles et troisième étape de baptême pour Camille, Madison et Lucas à 11h00 à Notre-Dame

     15 mars.png

    SOLAR IMPULSE 2 = CONFIRMATION

     

                    À l’heure où j’écris, je ne sais pas si cet avion qui vole avec seulement l’énergie solaire arrivera à faire le tour du monde. Je l’espère, car cela pourrait ouvrir des champs nouveaux (si je peux prendre cette métaphore terrestre pour parler de l’aviation) pour la recherche, l’équilibre de notre terre et l’avenir de notre planète.

     

                    Mais, voir un avion ne fonctionner qu’avec l’énergie solaire m’a tout de suite fait penser à la Confirmation. L’Esprit Saint, comme le soleil, nul ne sait d’où il vient, ni où il va. Et pourtant l’un et l’autre sont facteurs d’énergie, de dynamisme et, au sens premier du terme, d’enthousiasme.

     

                    Alors, notre diocèse propose à tous ceux qui, baptisés, n’ont pas reçu la  CONFIRMATION de s’y préparer et de le recevoir au niveau diocésain le 23 MAI prochain, veille de Pentecôte.

     

    Venez à la cure demander des renseignements et nous créerons un groupe

    spécifique pour préparer à ce sacrement ceux qui souhaitent le recevoir.

                  

                    Il ne s’agit pas de faire le tour du monde, mais de mieux vivre sa foi et de bénéficier de l’énergie de Celui qui, sans être le soleil, est Lumière du Monde.

     

    Yves FROT

     

    SECTEUR de BEAUNE

     

    Cette année, l’équipe locale CCFD-Terre Solidaire  vous invite à une soirée-débat

     

    Lundi 16 Mars à 20h30, cure Saint Nicolas (30 rue des Dominicaines)

     

    Nous pourrons écouter une jeune femme, Pisey Li, qui vient du Cambodge. Elle nous présentera les actions menées avec et pour les ouvrières du textile. Elle témoignera de la réalité vécue sur place et des réalisations visant à améliorer les conditions de travail et de vie.

     

    Nous vous invitons  à venir  soutenir un des nombreux partenaires du CCFD/Terre Solidaire et permettre ainsi la promotion de la fraternité  à l’échelle du monde.

     

    L’équipe locale de Beaune,

     

     CATÉCHÈSES DU CHEMIN NÉOCATÉCHUMÉNAL

    Chaque mardi et vendredi (jusqu’au 27 mars) 20h15 à la cure St-Nicolas.

    Ouvert à tous les baptisés ou non, aux personnes proches ou non de l’Église, à tous ceux qui constatent que leur baptême n’a aucune incidence dans leur vie de tous les jours. Venez et écoutez !

     

    CÉLÉBRATIONS PÉNITENTIELLES à l’église ST NICOLAS

      Pour tous les jeunes de 5ème :Mardi 17 Mars à 17h30

      Pour les enfants de CM de Beaune : Mercredi 18 Mars à 14h00.

      

    CONFÉRENCE DE FRÈRE BERTRAND, PRIEUR DE CITEAUX

    Mercredi 18 Mars à 20h30 à l’église Saint-Nicolas

    Thème : "Ce que l’Église a à dire au monde par la Vie Consacrée"

      

    ÉQUIPES SAINT VINCENT DE PAUL

    Réunion le Jeudi 19 Mars à 14h00 à la cure Notre-Dame.

     

    LES SACREMENTS DE L’INITIATION CHRÉTIENNE

    Samedi 21 Mars de 9h15 à 16h30

    A la Maison Diocésaine (9 bis bd Voltaire – Dijon)

    Journée diocésaine pour les équipes liturgiques, les équipes Baptême, les catéchistes, les accompagnateurs de catéchumènes, etc.

    Inscriptions au 03 80 63 14 98 ou par e-mail : dijon.pls@free.fr

     

     

    Concert de la Maîtrise Notre-Dame et du chœur  d’enfants « La Cigale »

    concert22mars cigale.jpg

    Le dimanche 22 Mars à 17h00, les enfants de la Maîtrise Notre Dame invitent à la Collégiale le prestigieux chœur d’enfants lyonnais La Cigale.

    Ce chœur, primé dans les concours internationaux, interprètera sous la direction de son chef Anne-Marie Cabut, un programme mêlant  sacré et profane, populaire et classique. Les enfants de la Maîtrise ouvriront le concert en interprétant une partie de leur prochain programme. Les deux chœurs termineront ensemble ce concert exceptionnel rejoints par les enfants de la classe de chant choral  du Conservatoire de Beaune.

    Places à 10€ sur place ou 8€ sur réservation (mndbeaune@gmail.com) ou chez « Côté Musique ». Renseignements au 06 40 06 33 94.

     

    SANCTUAIRE DE L’ENFANT-JÉSUS

    (Monastère, 14 rue de Chorey – Beaune)

      Mardi 24 Mars à 20h30 : Veillée de prière autour de l’Enfant-Jésus :

      Mercredi 25 Mars à 18h00 : Vêpres en l’honneur de l’Enfant-Jésus.

     

    MÉNAGE DE L’ÉGLISE SAINT NICOLAS

    Lundi 30 Mars à 14h30.

    Merci à toutes les bonnes volontés !

     

     

    SECTEUR DES DOUZE CLOCHERS

     

    Adoration du Saint Sacrement : Mardi 17 Mars de 16h00à 19h00 à Corgengoux.

     

    Réunion E.A.P. : Mercredi 18 Mars à 17h00  à la cure St Nicolas

     

    Messes : Dimanche 22 Mars

           9h30  Marigny

          11h00   Levernois

     

    Cierge Pascal et Saint-Chrême : Merci aux sacristines de bien vouloir les déposer aux permanences des lundi 23 et mardi 24 Mars.

     

    Éveil à la Foi : Mercredi 25 Mars à 18h30 à l’église de Corberon. Tous les enfants de 3 à 7 ans, ainsi que les enfants de CE2 sont invités avec leurs parents à participer à cette célébration.

     

    SECTEUR DE BLIGNY LES BEAUNE 

     

    Chapelet médité : Mercredi 18 Mars à  15h00  à la cure de Bligny.

     

    Messes :    Dimanche 22 Mars  

                    11h00   Merceuil

     

    Chapelet à la Divine Miséricorde  Vendredi 27 Mars à 14h45 à l’église de Bligny.

     

    Ménage de l’église de Bligny : Mardi 31 Mars à partir de 9h00.

     

    La chorale des 5 Clochers recherche des choristes. Répétitions  le mardi à 20h00 à l’église de Bligny. Contact : Sylvie Pannetier (' 03 80 26 83 10).

    Lien permanent Catégories : Annonces 0 commentaire
  • Le Pape François annonce un « Jubilé de la Miséricorde »

    Lu sur twitter

    Du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016, l’Eglise catholique célébrera une Année Sainte extraordinaire. Ce « Jubilé de la Miséricorde » débutera par l’ouverture de la Porte Sainte à la basilique Saint-Pierre de Rome, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception et se terminera par la solennité du Christ Roi.armes_pape_françois

    L’annonce d’une Année Sainte extraordinaire a été faite à l’occasion du deuxième anniversaire de l’élection du Pape François, durant l’homélie de la célébration pénitentielle par laquelle le Saint-Père a lancé l’initiative « 24 heures pour le Seigneur ». Proposée par le Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation, celle-ci promeut dans le monde entier l’ouverture extraordinaire des églises pour inviter à l’adoration du Saint-Sacrement et la célébration du sacrement de réconciliation. Le thème de cette année est tiré de la lettre de Saint Paul aux Ephésiens : « Dieu riche en Miséricorde  » (Ephésiens 2,4).

    L’ouverture du prochain Jubilé se fera à l’occasion du 50ème anniversaire de la clôture du Concile oecuménique Vatican II, en 1965, et pour cela il revêt une signification particulière qui pousse l’Eglise à continuer l’oeuvre entamée par Vatican II.

    Pendant le Jubilé, les lectures pour les dimanches du temps ordinaire seront tirées de l’Evangile de saint Luc, « l’évangéliste de la miséricorde ». Dante Alighieri le qualifia de « scriba mansuetudinis Christi », « narratore della mitezza del Cristo ». Sont très connues, dans l’Evangile de la Miséricorde de Luc, les paraboles: la brebis égarée, la drachme perdue, le père miséricordieux.

    L’annonce officielle et solennelle de l’Année Sainte sera faite par la lecture et la publication, près de la Porte Sainte, de la Bulle, le dimanche de la Miséricorde Divine, la fête instituée par Saint Jean-Paul II qui est célébrée le dimanche après Pâques.

    Autrefois, chez les Juifs, le jubilé était une Année proclamée sainte qui tombait tous les cinquante ans. Pendant cette année, on devait rendre l’égalité à tous les fils d’Israël, offrant de nouvelles opportunités aux familles qui avaient perdu leur propriété, et même la liberté. Aux riches, en revanche, l’année jubilaire rappelait que le temps s’approchait dans lequel les esclaves israéliens, de nouveaux rendus égaux, auraient pu revendiquer leur droit. « La justice, d’après la loi d’Israël, se proposait surtout la protection des faibles » (Saint Jean-Paul II, dans Tertio Millennio Adveniente 13).

    L’Année sainte, une opportunité pour approfondir notre foi

    L’Eglise catholique a entamé la tradition de l’Année Sainte avec le Pape Boniface VIII en 1300. Boniface VIII avait prévu un jubilé à chaque siècle. A partir de 1475 – dans le but de permettre à toute génération de vivre au moins une Année Sainte- le jubilé ordinaire fut établi au rythme de 25 ans. Un jubilé extraordinaire, en revanche, est convoqué à l’occasion d’un événement remarquable. Les Années Saintes ordinaires célébrées jusqu’à aujourd’hui, sont au nombre de 26.

    La dernière Année Sainte remonte au Jubilé de l’année 2000. La tradition de convoquer des jubilés extraordinaires remonte au XVIe siècle. Les dernières Années Saintes extraordinaires du siècle passé ont été celles de 1933, convoquées par Pie XI pour le XIXe centenaire de la Rédemption ainsi que celle de 1963, convoquée par Jean-Paul II pour les 1950 ans de la Rédemption.

    L’Eglise catholique a donné davantage une signification spirituelle au jubilé juif. Cela consiste dans un pardon généralisé, une indulgence ouverte à tous et dans la possibilité de renouer le lien avec Dieu et le prochain. C’est pourquoi l’Année Sainte est toujours une opportunité pour approfondir notre foi et vivre, d’un engagement renouvelé, le témoignage chrétien.

    Par le Jubilé de la Miséricorde, le Pape François met en lumière le Dieu miséricordieux qui invite tous à revenir chez Lui. La rencontre avec Lui inspire la vertu de la miséricorde.

    Le rite du début du jubilé est l’ouverture de la Porte Sainte. Il s’agit d’une porte que l’on ouvre seulement pendant l’Année Sainte, tandis que durant les autres années, elle demeure murée. Ce sont les quatre basiliques, les plus importantes, qui ont une Porte Sainte : Saint-Pierre, Saint-Jean en Latran, Saint-Paul dehors les murs, Sainte-Marie Majeure. Le rite d’ouverture de la Porte Sainte exprime le symbole que, durant le jubilé, un  » parcours extraordinaire » vers le salut est offert aux fidèles. Les portes saintes de ces basiliques seront ouvertes après l’ouverture de la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre.

    La miséricorde, c’est maintenant !

    La miséricorde est un thème que le Saint-Père affectionne tout à fait spécialement. En effet, déjà quand il était évêque, le Pape François avait choisi comme devise « Miserando atque eligendo». Il s’agit d’une citation tirée des Homélies de saint Beda le vénérable qui, dans son commentaire de l’épisode évangélique au sujet de la vocation de Saint Mathieu, écrit : « Vidit ergo Jesus publicanum et quia miserandum atque eligendo vidit, ait illi Sequere me » («Jésus vit un publicain et comme il le regarda avec un sentiment d’amour et le choisit, il lui dit : Suis-moi»). Cette homélie est un hommage à la miséricorde divine. Une traduction de la devise papale pourrait être : « Avec des yeux de miséricorde ».

    Au moment de son premier Angélus, après son élection, le Saint-Père disait : « Ressentir de la miséricorde, ce mot change tout. C’est le mieux que nous pouvons ressentir: cela change le monde. Un peu de miséricorde fait en sorte que le monde soit moins froid et plus juste. Nous avons besoin de comprendre bien cette miséricorde de Dieu, ce Père miséricordieux qui est tellement patient ». (Angélus du 17 mars 2013)

    Pendant l’Angélus du 11 janvier 2015, il a affirmé : « Il y a tellement besoin, aujourd’hui, de miséricorde et il est important que les fidèles laïcs la vivent et l’apportent dans les différents milieux de la société. En avant ! Nous sommes en train de vivre le temps de la miséricorde : c’est maintenant le temps de la miséricorde ».

    De plus, dans son message pour le Carême 2015, le Saint-Père écrit : « Combien je désire que les lieux où l’Eglise se manifeste, ainsi que nos paroisses et, spécialement, nos communautés, deviennent des îles de miséricorde au milieu de la mer de l’indifférence ! »

    Le Pape François a confié au Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation l’organisation du Jubilé de la Miséricorde.

    Lien permanent Catégories : Vatican 0 commentaire
  • Remerciements de la famille de Patrice POUSSIN

    Remerciements de la famille de Patrice POUSSIN

     

    • A la paroisse de Beaune…

    Ma femme Déborah se joint à moi pour vous remercier toutes et tous de votre formidable bonté.

    Grâce à vous, j’ai pu être parmi les miens dans ces moments douloureux et ainsi rendre hommage en famille à la mémoire de mon père. 

    Nous penserons à vous et votre générosité depuis l’autre bout du monde.

    Merci mille fois.

    Maxime POUSSIN

     

    • Chers paroissiens,

    Avant de repartir à plus de 10 000 kilomètres à l’est de cette paroisse que j’ai bien connue et qu’il est bon de retrouver régulièrement, quelles que soient les circonstances, je tenais à vous remercier très sincèrement pour l’immense générosité dont vous avez fait preuve.

    Cette solidarité nous aura permis de faire face en toute sérénité aux aléas liés aux circonstances du départ de Papa.

    Ainsi, nous avons pu l’accompagner, lui et Maman, et cela n’a pas de prix.

    Merci encore pour lui, pour Maman et pour nous.

    William, Peggy et leurs enfants Albane, Jules, Sixtine et Louis

     

    • Que vous dire de plus ?

    Pour faire dans la simplicité comme Patrice le faisait : MERCI à vous tous et à vous aussi anonymes…

    Christine

    Lien permanent Catégories : Blog actu 0 commentaire
  • Homélie de Gérard MORICE aux obsèques de Patrice POUSSIN, diacre permanent

    Lu sur le site du Diocèse de Dijon

    Homélie de la messe d’obsèques de Patrice POUSSIN, diacre permanent,  par Gérard MORICE, en la collégiale Notre-Dame de BEAUNE le samedi 7 mars 2015.

    11052457_10205265319339924_634537095201371876_n.jpg

    Patrice qui était-il pour nous ? Que nous a-t-il fait découvrir ? Que nous a-t-il enseigné ? Quel conseil nous a-t-il donné ? Comment nous a-t-il aimé ?

    Voilà bien des questions que je pose et pour lesquelles chacun d’entre nous ici aura une réponse personnelle à apporter.

    Je commencerai en vous parlant moi aussi de l’homme, du mari, du père, du grand père et du parrain.

    Patrice était éducateur dans sa vie professionnelle, nombreux ont été les enfants et les adolescents qu’il a accompagnés et protégés du mal, avec compassion il ne comptait pas son temps, rentrant souvent en retard au foyer.

    Patrice, un époux, un exemple de fécondité du couple, au nom de la foi, partagée avec toi Christine durant ces 43 ans de vie commune, qui n’ont pas toujours été « un long fleuve tranquille » C’était plutôt famille Groseille ! Et pourtant vous nous avez donné l’exemple d’une famille tellement généreuse, tellement unie, dans la joie de vivre, sans faux semblant.

    Christine et Patrice vous vous aimiez et vous vous êtes apprivoisé l’un à l’autre, dans un socle commun, la foi en Dieu dans le sacrement du mariage.

    Patrice un père de famille, accueillant et toujours disponible pour ses enfants et pour les autres, d’une tolérance à toute épreuve (quand un coup de fil du collège le sommait à venir récupérer celui-ci ou celui-là) qui semblait en savoir plus que les profs.

    Un papa blagueur, un papa chanteur, un papa qui se souciait de la santé de ses enfants, « Mangez mes enfants » leur disait-il, « une pomme par jour vous éloigne du médecin ».

    Et puis un Pep (traduisez grand-père Patrice) ! De ses dix petits-enfants il en a bien profité, tous ces dessins et ces petits mots qui ont tapissé sa chambre, jusqu’au dernier jour.

    Patrice était aussi un parrain, porteur de valeurs profondes, et disponible pour en parler, sans jamais rien imposer à ses nombreux filleuls.

    Pour finir sur l’homme, et sur une note plus personnelle, Patrice tu étais aussi un ami, tendre et fidèle, discret, à l’écoute, toujours de bons conseils,  et prêt à rendre service, un frère dans le diaconat et plus que cela !

    Voilà l’homme, simple et bon que tu étais.

    Rendons grâce à Dieu pour la vie de père de famille de Patrice !

    Et puis, toujours inlassablement soutenu par Christine, le voilà appelé par la paroisse de Beaune au diaconat permanent, après un temps de discernement, comme il le disait lui même, il a simplement osé répondre à l’appel en disant « Me voici Seigneur ».

    Il sera ordonné dans cette collégiale Notre-Dame par Mgr Jean Balland le 29 novembre 1987 avec trois autres ordonnés, Jean-Paul Renevret avec lequel il partagea la charge paroissiale, et nous nous rappelons ses frères Stanislas Haratyk et Claude Boudard qui ont rejoint la lumière du Père, pour eux aussi nous prions.

    Voilà 27 ans qu’ils sont signes du Christ serviteur, serviteurs de l’Eglise pour le service des hommes dans le monde

    La première lettre de saint Jean  que nous venons d’entendre nous dit que tout comme Jésus qui a donné sa vie pour nous,  nous devons donner notre vie pour nos frères, car celui qui n’aime pas reste dans la mort. Patrice a vécu sa vie au service des autres pour l’amour du Christ.

    Depuis l’annonce de sa maladie, il s’est abandonné dans les mains du Père avec confiance et sans crainte, patient comme dans la vie, il a attendu de voir la main du Seigneur se tendre vers lui.

    Toute sa vie il est resté fidèle à sa mission d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus le Christ, Il a cru à cette Parole, il a enseigné ce qu’il a cru, et il vivait ce qu’il a enseigné.

    Par le sacrement de l’ordination diaconale, Patrice a était fortifié des sept dons de l’Esprit Saint, il portait en lui le don de sagesse, le don d’intelligence, le don de conseil, le don de force, le don de sciences,

    Celui de piété lui va si bien ! Dans le sens qu’il était configuré au Christ par son baptême et qu’il a vécu sa vie humblement dans la confiance en Dieu même dans les moments difficiles. Il était aussi capable de se réjouir avec les autres qui étaient dans la joie, de pleurer avec ceux frappés par le malheur, d’accueillir et de secourir quand il le fallait.

    Il avait aussi le don de la crainte de Dieu, non pas qu’il avait peur de Dieu aucune raison à cela et pour personne ! Mais il se savait faillible et imparfait, toujours confiant dans l’Amour du Père, un Amour inconditionnel pour chacun de nous quand nous nous tournons vers lui.

    Toutes ses vertus évangéliques se sont manifestées pendant ses vingt-sept années de diaconat, dans ses paroles et par les actes que Patrice a posés en toute vérité, avec ses forces, ses faiblesses et ses défauts.

    Patrice a été un vrai témoin dans sa foi inébranlable dans le Christ Jésus. Jusqu’au dernier jour, pendant toute son hospitalisation et chez lui dans votre chambre Christine où tu essayais de dormir à ses côtés, il resta signe du Christ serviteur.

    Tout comme Jésus dans l’Evangile de Jean, il a traversé des moments d’angoisse, tout comme Jésus envers son Père il a gardé confiance en son créateur, tout comme Jésus il continua de rendre grâce à Dieu.

    Patrice est et restera disciple du Christ venu pour servir et non pour être servi.

    Là, maintenant, regardons autour de nous : la vie de Patrice s’y résume bien !

    Nombreux sont les grains de blé tombés en terre, devenus semence de vie et d’espérance. L’Evangile nous dit : « Si quelqu’un veut me servir qu’il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur ».

    C’est à nous tous maintenant de répondre à l’appel du Christ serviteur pour l’Eglise et pour le monde.

    Comme Patrice Poussin, osons le suivre, osons dire et faire en son Nom, il sera à nos côtés.

    Nous pouvons prendre exemple sur Patrice un homme de notre temps, un diacre de notre temps, témoin de la foi, au service de la liturgie, qui n’a jamais détourné son regard protecteur du plus pauvre que lui, il est parti rejoindre notre Père le cœur en paix.

    Patrice va manquer à sa famille, il va nous manquer, dorénavant si nous avons besoin d’un conseil, nous nous adresserons à lui en prière.

    Chers amis, chers frères et sœurs dans la foi, prions ensemble pour Patrice et rendons grâce à Dieu pour sa vie.

    Rendons grâce aussi à Dieu pour sa mort entouré des siens tel qu’il l’a souhaité.

    Merci à toi Christine et à vous ses fils, sa fille, d’avoir dit oui à sa mission diaconale. Puissiez-vous être suivi dans cet exemple.

    Amen.

    Gérard MORICE, Diacre permanent

    Lien permanent Catégories : Blog actu, Homélies 0 commentaire
  • Une cathédrale comble accueille la Nuit des Témoins

    1260_1.jpg

     

     Lu sur le site du Diocèse de Dijon

    Plus d’un millier de personnes se sont rassemblées ce mardi 10 mars à la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon en hommage aux chrétiens assassinés et persécutés dans le monde, au cours d’une soirée exceptionnelle dont on se souviendra longtemps.

    1260_6.jpg

    Cette septième édition de la Nuit des Témoins a en effet proposé cette année à la capitale bourguignonne de recevoir des témoins prestigieux : Mgr Sleiman, archevêque latin de Bagdad, Mgr Kaigama, archevêque de Jos et président de la conférence épiscopale du Nigéria et sœur Hannan Youssef, Libanaise responsable d’un dispensaire en plein quartier chiite de Beyrouth.

     

    Présidée par Mgr Minnerath, cette veillée organisée par l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED) a alterné chants, prières, témoignages, processions et information sur les conditions de vie des chrétiens sur tous les continents.

    Marc Fromager, président de l’AED, a ouvert la soirée en rappelant le but de la soirée : honorer les prêtres, missionnaires, religieux, religieuses, laïcs en mission assassinés au cours de l’année et de prier pour tous les chrétiens qui connaissent discriminations et persécutions à travers le monde. Monsieur Fromager évoqua également le choix de l’AED de mettre cette année à l’honneur les pays qui font malgré eux l’actualité : l’Irak, le Nigéria et la Syrie. Il précisa également que la Nuit des Témoins était cette année dédiée aux 20 coptes exécutés il y a deux semaines en Lybie.

    1260_5.jpgLe premier tableau évoqué fut l’Afrique : après que les noms des chrétiens tués en mission soient égrenés et que leurs portraits aient descendu la nef de l’édifice (cette procession se répéta pour chaque tableau), Mgr Kaigama intervint en français bien qu’il ne parle pas la langue : « L’Homme – dit-il – doit toujours allé vers l’autre et c’est pourquoi je veux faire cet effort ». L’archevêque nigérian évoqua les barbaries de Boko Haram, qui a déjà tué plusieurs milliers de chrétiens et obligé plus d’un million d’entre eux à se déplacer.

     

    Le deuxième tableau fut consacré à l’Orient : Mgr Sleiman,1260_7.jpg dans un français impeccable (il a passé plusieurs années en France au cours de ses études), proposa une intervention forte au cours de laquelle il remercia l’assemblée : « Votre assemblée me fortifie. Cette grande communion me sort un peu de la solitude de l’Irak et me rappelle la grande communion vécue par toute l’Eglise catholique ».

    L’archevêque de Bagdad, qui évoqua notamment la bienheureuse Elisabeth de la Trinité, souligna que les événements qui se déroulaient en Irak et ailleurs « nous rappelle que nous sommes le peuple de la Croix ». Il prit également le soin de commenter notre actualité, notamment le débat qui s’ouvre sur l’euthanasie : « Ne vous faites pas avoir par un monde qui veut cacher tout ce qui ne semble pas être beau, qui veut cacher la souffrance ».

    1260_8.jpgLe troisième tableau, consacré à la Syrie et au Liban, permis à sœur Hannan Youssef de présenter des situations de souffrance très concrètes qu’elle vit au quotidien dans son dispensaire de Beyrouth. Elle encouragea l’assemblée à tenir bon dans ses convictions : « Gardez votre foi en Occident. Cela nous aide beaucoup ».

    Enfin, le quatrième et dernier tableau de la soirée1260_9.jpg fut consacré à l’Amérique latine et aux autres pays du monde concernés par la persécution des chrétiens.

     

     

     

    C’est Marc Fromager

    1260_3.jpg

    qui présenta les situations rencontrées, en Amérique du Sud donc mais aussi en Ukraine, en Chine, sans oublier l’Inde, où les chrétiens sont attaqués notamment à cause du message de l’Evangile en pleine opposition avec le système des castes bien ancré dans le pays.

    La soirée se termina par une courte adoration du Saint-Sacrement, et par un remerciement de Mgr Minnerath aux fidèles réunis : « Vous êtes venus aussi nombreux que pour le jour de Pâques ! Que ce soit un encouragement pour nos grands témoins ».

    1260_4.jpg

    Une soirée émouvante et remplie d’espérance qui continuera sans nul doute à habiter chaque personne venue ce soir rendre hommage à ceux qui ont donné leur vie au nom de leur liberté de croire.


    Pour soutenir l’action de l’Aide à l’Eglise en Détresse :  C'est par là 

     

    Lien permanent Catégories : Blog actu 0 commentaire
  • 10 mars 2015 : participez à la Nuit des Témoins

     

    L’Aide à l’Eglise en Détresse (AED) organise « la Nuit des Témoins » à la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon, le mardi 10 mars 2015, de 20h30 à 22h30.

    Cette veillée de prière et de témoignages aura pour but de faire mémoire des prêtres, missionnaires, religieuses, laïcs en mission, assassinés au cours de l’année et de prier pour tous les chrétiens qui connaissent discriminations et persécutions à travers le monde.

    Trois ou quatre témoins, venant de différents pays, interviendront au cours de cette veillée 
     
    Mgr Jean Benjamin Sleiman,
    Archevêque latin de Bagdad (Irak)
     
    Mgr Ignatius Kaigama,
    Archevêque de Jos (Nigéria), Président de la Conférence des Evêques du Nigeria
     
    Sœur Hanan Youssef,
    Responsable d’un dispensaire dans un camp de réfugiés en plein quartier chiite au Liban
     
    M.Marc Fromager
    Directeur national de l'AED
     affiche-Ndt-2015-BD.jpg


    Lien permanent Catégories : Annonces 0 commentaire
  • Hommages à Patrice Poussin

    Écrit par Alexandre Poussin

     

    11052457_10205265319339924_634537095201371876_n.jpg

     

    Papa nous a quittés ce Samedi 28 Février 2015.


    Et la Terre n’a pas cessé de tourner pour autant. Le soleil s’est encore levé ce matin, et toutes et tous avons continué de respirer et vivre. Il faudra donc désormais apprendre à continuer sans lui à nos côtés et c’est une immense douleur que de l’accepter. Il nous quitte aujourd’hui trop tôt, mais après avoir vécu une vie belle et riche, remplie d’humanité, de joie, de simplicité, et d’espérance.


    Il aura été le meilleur des pères qu’on puisse imaginer, et m’aura offert la chance de souvenirs tous plus chaleureux et doux les uns que les autres et qui toujours me réconfortent. Sans cesse à l’écoute, il aura su accompagner ses enfants, ses petits-enfants, et même d’autres, dans les différents moments de leur vie, sans jamais perdre de vue l’objectif de leur bien-être.
    Il m’a dit un jour « Je suis ton père, et non ton juge ». Cette phrase résume assez bien je pense le chef de famille attentionné et patient qu’il aura toujours été.


    En plus d’avoir été le Superman des papas, il aura été un mari aimant et amoureux pour Maman, tout au long de nos souvenirs de famille, de leur vie de couple et jusqu’à ses derniers mots, jusqu’à son dernier souffle. Maman qui doit aujourd’hui partager sa douleur avec ma soeur Valentine, mes quatre frères William, Richard, Thomas, et Maxime, ainsi que ses dix petitsenfants Albane, Jules, Sixtine, Louis, Nina, Mélodie, Noah et Félix, Issa et Yael.
    Grâce à lui et grâce à toi, Maman, vous aurez réussi à faire de nous tous une famille soudée, tolérante et à l’abri du besoin. Papa et toi pouvez être fiers de cela. Et je suis sûr qu’il l’est, depuis là-haut.


    Mais la famille n’était, si l’on peut dire, qu’une facette de sa grande humanité. Il aura également passé sa vie au service des autres, par le biais de son travail en tant qu’éducateur notamment auprès de l’Association Beaunoise pour la Protection de l’Enfance, au travers de ses activités caritatives comme au sein de l’école Notre-Dame, ou à l’hébergement des sans-abris, et en règle générale à quiconque sollicitait son aide. Et bien sûr au travers de sa vie paroissiale, comme diacre dans cette même église, préparant minutieusement ses homélies, participant activement à la vie paroissiale, toujours partant pour célébrer un baptême, un mariage, un enterrement, toujours partant pour aller à la rencontre des autres.


    Papa était aussi et surtout un homme que la simplicité remplissait de joie. Il aura été un homme bon, intègre, concret, et amoureux de la vie. Il n’a jamais beaucoup voyagé, il n’a jamais amassé beaucoup de biens, n’a jamais sacrifié des heures à un loisir quelconque, mais en revanche il savait apprécier les moments de calme, la bonne humeur, la simplicité d’un repas et d’une discussion entre amis, (particulièrement avec son groupe de foyer), ou de s’amuser d’un jeu de mots bien placé. Je vous assure, aujourd’hui je ne suis pas crédible, mais Papa s’amusait beaucoup, et avait un humour… particulier ! qui me manque cruellement en ce triste jour.


    Que dire davantage sur sa vie qui pourrait rendre hommage au grand homme qu’il a été ? Et bien peut-être vous parler de ces derniers mois avec nous. Il aura su rester serein face à la maladie, digne dans la douleur de devoir se préparer et nous préparer à son départ, silencieux dans la souffrance que cette foutue maladie lui aura infligée, humble envers sa condition physique décadente. Tout le personnel hospitalier, que nous remercions infiniment pour leur dévotion auprès de Papa et de tous les malades en général, sera d’accord je pense, pour dire qu’il n’aura pas été un patient ordinaire. Malgré les souffrances, il aura refusé les apitoiements ou les plaintes, il sera resté silencieux et aura refusé quasiment tout traitement systématique de la douleur. Quand il a appris sa maladie, il était à la limite de ne pas vouloir de soins, car il ne comprenait pas que l’on puisse dépenser tant de ressources pour lui seul, alors que tant d’autres gens étaient dans le besoin ! Quand on lui demandait s’il avait besoin ou envie de quelque chose en particulier, sa seule réponse était négative. Alors on restait auprès de lui, à parler ou ne rien dire, à rire ou à pleurer. Être là, avec lui, voilà ce qu’il voulait simplement. Il sera mort chez lui, dignement, entouré des gens qu’il aime, et réservant son dernier adieu - quelle classe! - à son épouse bien-aimée.


    Voilà, de tout ce qu’il m’aura appris, si je ne devais retenir qu’un enseignement (ce qui est
    totalement impossible), c’est l’espérance. L’espérance et l’amour éternel. Pas l’espérance parce qu’il est arrivé là-haut dans un paradis magnifique au-dessus des nuages (on a marché sur la Lune et au passage, on n’a pas remarqué de petits anges ailés…). Pas non plus l’espérance que nous serons de toute façon pardonnés de nos fautes et qu’il n’y a qu’à attendre les bras croisés, non ; mais l’espérance que rien n’est vain, que chaque parole et chaque acte porte en soi le choix de la vie que l’on souhaite et du souvenir que l’on veut laisser de notre passage. C’est dans le souvenir de cette vie que se trouve l’espérance de la vie éternelle, dans l’héritage que l’on offre à ses proches. Par cette espérance, l’amour véritable peut durer à jamais, au-delà de notre vie terrestre. L’éternité, c’est ici et maintenant. Dans nos coeurs.
    Le cancer aura eu raison du corps de Papa, mais il ne savait pas à quelle force de caractère, à quel intraitable homme de foi il avait à faire. En effet, la maladie nous aura enlevé définitivement son enveloppe de chair, mais c’est bien le seul territoire qu’elle aura conquis au cours de cette guerre qu’ils se seront livrés sur plusieurs batailles, pendant plus de dix ans. Le cancer, cet imbécile, n’a pas compris que mon Papa, en plus d’être un dur à cuire, était aussi un homme croyant. Il croyait en l’espérance, à la vie éternelle. Maintenant que son corps doit rejoindre le ventre chaud de la Terre, son âme elle, est toujours parmi nous.


    A l’heure qu’il est, il a trouvé toutes les réponses aux questions qu’il se posait, et peut aller se reposer auprès de ses aïeux et de tous les hommes doués d’amour que la Terre a porté, à jamais en paix auprès de son Grand Ami, Dieu d’Amour et de Miséricorde.


    Alors rendons-lui hommage, et arrêtons d’avoir peur. Demandons-nous, chacun autour de nous, ce qui pourrait être amélioré, pour nous et pour les autres ? Comment pourrions-nous apporter de la simplicité, de l’amour, et de l’espérance en toute chose ? N’ayons pas peur et vivons maintenant. Votre ami, votre frère, notre père, mon Papa l’a fait, sa vie entière en témoigne. Et quand on repense à tout ce que l’on a vécu avec lui, on sait aujourd’hui qu’il avait raison.


    C’est une douleur incommensurable que je ressens aujourd’hui et tu vas terriblement me manquer Papa. Mais grâce à toi, encore une fois, je trouverai la force d’aller de l’avant et je sais que tu m’accompagneras.


    Je t’aime


    Adieu, Papa.

     

    Lien permanent Catégories : Blog actu 0 commentaire
  • Beaune : le père Matthieu ROUGÉ évoque la place de l'Eglise dans la société

    Lu sur le site du Diocèse de Dijon

     

    "L'Eglise n'a pas dit son dernier mot" :

     

    1257_1.jpg

     

    9782221136478.JPG

    tel est le titre du livre et de la conférence donnée à Beaune par le Père Matthieu Rougé, curé de Saint-Ferdinand des Ternes, ancien aumônier des parlementaires. Face au défaitisme ambiant, il faut repérer les signes d’espérance et en entendre les appels.

    Ainsi, dans le monde de la culture, pour qui veut y être attentif, nombreuses sont les attentes auxquelles une annonce enthousiaste de l’Évangile peut ouvrir des perspectives. Déjà, des hommes jeunes qui découvrent la foi s’y engagent avec détermination.

    L’Église est trop décalée… Le « décalage » fait partie de l’identité chrétienne, suivant la parole de Jésus : être dans le monde sans être du monde. Un chemin de conversion que le conférencier applique à l’actualité.

    Notre époque est frappée de « véri-phobie » : peur de la vérité. Celle-ci n’est pas une possession, elle est toujours plus grande que ce que nous connaissons: « Je suis la Vérité ».

    Sur le rapport homme-femme, à la fois unité et distinction, la lumière de la Bible est un grand trésor à partager.

    Au sujet du service des plus pauvres, l’engagement des chrétiens, les innovations en bien des domaines changent le regard de la société et suscitent le respect de tout l’être humain.

    Il fut question aussi de la vie spirituelle face à tous les développements recherchés dans l’exotisme.

    Nous avons vécu cette rencontre comme un appel à mener une vie de foi lucide, solide et rayonnante dans la Lumière et l’Espérance de Pâques selon le sous-titre du livre : petite traité d’antidéfaitisme catholique !

     

                                                   Jean-Paul Clerc
                                         Curé de Savigny-lès-Beaune

     

    1257_3.jpg

    1257_4.jpg

    Lien permanent Catégories : Blog actu 0 commentaire