Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paroisses Catholiques

  • Il y a 150 ans, le ciel s’est ouvert à Pontmain

    5a3bf76aa8634.jpg

     

    Source de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier :

    Le 17 janvier 1871, à Pontmain, petit hameau du nord de la Mayenne, aux confins de la Bretagne et de la Normandie, le ciel s’ouvre et la Mère de Dieu se montre à quelques enfants.

    Une journée ordinaire

    Eugène et Joseph Barbedette, douze et dix ans, avaient été réveillés tôt par leur père. Les activités quotidiennes s’étaient enchaînées : prière du matin, travaux de ferme (on pile les ajoncs pour nourrir les bêtes), chapelet pour le frère aîné parti à la guerre, « déjeuner » (notre petit déjeuner), chemin de croix à 6h30, puis messe du curé à 7h suivie des prières pour les soldats. À 8h sonnait la classe, tenue par les religieuses, puis le « dîner » (notre déjeuner) pris à la maison et à nouveau la classe, jusqu’à 16h.

    Pour Joseph, ce fut une journée ordinaire. À nous, elle paraît déjà bien extraordinaire. On y voit deux jeunes garçons qui prient beaucoup, seuls, toute la journée. On prie, parce qu’on a la foi ; et aussi, parce qu’en ce début d’année 1871 la France est dans la tourmente. La Prusse a envahi le pays et l’on est sans nouvelles des gars de Pontmain partis à la guerre. L’angoisse est partout, l’espérance chancèle.

    Une veillée extraordinaire

    De retour à la maison, on pile à nouveau les ajoncs. Il est près de 18h quand Eugène sort de la grange. Il voit au milieu d’un ciel étoilé une belle dame. Il demande à une voisine si elle voit quelque chose. – Je ne vois rien. Joseph et son père sortent à leur tour. – Vois-tu bien, toi ? demande Eugène à son frère. – Oui, je vois une belle grande dame. Le père observe le ciel, puis impose le silence et fait rentrer ses garçons. Agité intérieurement, il dit à Eugène : – Va donc voir, si tu vois encore. La dame est là, belle, souriante, couronnée, dans une longue robe bleu indigo parsemée d’étoiles brillantes.

    On s’agglutine devant la grange. Quelques enfants voient la Belle Dame, les grands ne voient rien, mais font peu à peu confiance aux petits. Cinquante personnes s’assemblent dans le froid. À genoux dans la neige, on prie : chapelet, Magnificat, litanies de la Vierge, Inviolata, Salve Regina, cantique Mère de l’Espérance, puis Mon doux Jésus avec le Parce Domine, Ave Maris Stella. Enfin, le curé fait réciter la prière du soir. Pendant ces trois heures, la Dame communique en silence avec les enfants qui la voient. Un message se dévoile sous ses pieds : « Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. » – « Mon fils se laisse toucher. » Marie sourit, s’attriste, accompagne le chant en battant la mesure. Joseph écrira plus tard : « Comme une mère, elle semblait plus heureuse de nous voir que nous ne l’étions de la contempler. » Vers la fin, elle présente un crucifix rouge vif surmonté d’un écriteau : Jésus-Christ. Bientôt, l’ennemi s’éloigne, la paix revient.

    Marie se montre aux enfants, incite les chrétiens à persévérer dans la prière, relève le courage et fortifie l’espérance. Elle nous rappelle surtout le principal : l’amour de son fils Jésus-Christ pour l’humanité. 

    Père Augustin-Marie

     

    3264357685.jpg

    2257574672.2.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le très saint nom de Jésus

     

    Litanies du Très Saint Nom de Jésus

    Seigneur, ayez pitié de nous. --> Seigneur, ayez pitié de nous.
    O Christ, ayez pitié de nous. --> O Christ, ayez pitié de nous.
    Seigneur, ayez pitié de nous. --> Seigneur, ayez pitié de nous.

    Père céleste qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous.
    Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous.
    Esprit Saint qui êtes Dieu, --> ayez pitié de nous.
    Trinité Sainte qui êtes un seul Dieu, --> ayez pitié de nous.

    Jésus, Fils du Dieu vivant, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, splendeur du Père, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, splendeur de la lumière éternelle, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, roi de gloire, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, soleil de justice, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, Fils de la Vierge Marie, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, aimable, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, admirable, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, Dieu fort, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, Père des siècles à venir, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, Ange du grand conseil, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, très puissant, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, très patient, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, très obéissant, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, doux et humble de cœur, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, qui aimez la chasteté, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, qui nous aimez, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, Dieu de paix, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, auteur de la vie, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, modèle des vertus, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, zélateur des âmes, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, notre Dieu, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, notre refuge, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, Père des pauvres,, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, trésor des fidèles, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, bon pasteur, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, vraie lumière, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, sagesse éternelle, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, bonté infinie, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, notre voie et notre vie, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, joie des anges, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, roi des patriarches, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, maître des apôtres, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, docteur des évangélistes, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, force des martyrs, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, lumière des confesseurs, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, pureté des vierges, --> ayez pitié de nous.
    Jésus, couronne de tous les saints, --> ayez pitié de nous.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Journée mondiale de la Paix 2021

    Lu sur le site du Diocèse :  Une journée annuelle et historique

    Depuis 1968 se tient tous les 1er janvier de chaque année la journée mondiale de la Paix. Cette journée à l’initiative de l’Église catholique romaine tend à sensibiliser les gouvernants, pays et humains à faire vivre notre monde en paix. Chaque nouvelle année est porteuse d’un thème. En 2020, le thème était « La paix, un chemin d’espérance : dialogue, réconciliation et conversion écologique ».

    Après une année difficile marquée par la pandémie de covid, le pape François a choisi pour cette année 2021 le thème « La culture du soin comme parcours de paix« .

    La culture du soin comme parcours de paix

     » 1. Au seuil de la nouvelle année, je souhaite adresser mes salutations les plus respectueuses aux Chefs d’État et de Gouvernement, aux responsables des Organisations internationales, aux leaders spirituels et aux fidèles des différentes religions, aux hommes et aux femmes de bonne volonté. J’adresse à tous mes meilleurs vœux pour que cette année puisse faire progresser l’humanité sur la voie de la fraternité, de la justice et de la paix entre les personnes, les communautés, les peuples et les États.

    L’année 2020 a été marquée par la grande crise sanitaire de la Covid-19 qui est devenue un phénomène multisectoriel et global, aggravant des crises très fortement liées entre elles, comme les crises climatique, alimentaire, économique et migratoire, et provoquant de grands inconvénients et souffrances. Je pense surtout à ceux qui ont perdu un membre de leur famille ou une personne chère, mais aussi à ceux qui ont perdu leur travail. Un souvenir spécial s’adresse aux médecins …Lire la suite du texte du pape François.

    Une prière pour la Paix

    En ce 1er janvier 2021, redisons ensemble cette prière pour la Paix rédigée par le pape François :

    Seigneur Dieu de paix, écoute notre supplication !

    Nous avons essayé tant de fois et durant tant d’années de résoudre nos conflits
    avec nos forces et aussi avec nos armes ;
    tant de moments d’hostilité et d’obscurité ; tant de sang versé ;
    tant de vies brisées, tant d’espérances ensevelies…

    Mais nos efforts ont été vains. À présent, Seigneur, aide-nous Toi !
    Donne-nous Toi la paix, enseigne-nous Toi la paix, guide-nous Toi vers la paix.
    Ouvre nos yeux et nos cœurs et donne-nous le courage de dire :
    ‘‘plus jamais la guerre’’ ; ‘‘avec la guerre tout est détruit !’’.

    Infuse en nous le courage d’accomplir des gestes concrets pour construire la paix.
    Seigneur, Dieu d’Abraham et des Prophètes, Dieu Amour qui nous a créés
    et nous appelle à vivre en frères, donne-nous la force d’être chaque jour des artisans de paix ;
    donne-nous la capacité de regarder avec bienveillance tous les frères
    que nous rencontrons sur notre chemin.

    Rends-nous disponibles à écouter le cri de nos concitoyens
    qui nous demandent de transformer nos armes en instruments de paix,
    nos peurs en confiance et nos tensions en pardon.

    Maintiens allumée en nous la flamme de l’espérance
    pour accomplir avec une patiente persévérance
    des choix de dialogue et de réconciliation, afin que vainque finalement la paix.

    Et que du cœur de chaque homme soient bannis ces mots : division, haine, guerre !
    Seigneur, désarme la langue et les mains, renouvelle les cœurs et les esprits,
    pour que la parole qui nous fait nous rencontrer soit toujours « frère »,
    et que le style de notre vie devienne : shalom, paix, salam !
    Amen

    Pour clôturer ces quelques mots, nous souhaitons laisser la parole à la Bienheureuse Anne-Marie Javouey – dont une année de prière est en cours pour demander sa canonisation – qui conseillant sa nièce Clotilde lui dit : « Conservez la paix qui est le bien le plus précieux que nous puissions posséder en ce monde… »

    Lien permanent 0 commentaire
  • Te Deum laudamus

    te deum 2020.jpg

     

     

     

    Te Deum: louer Dieu pour la compassion et proximité de l'année

    Comme chaque 31 décembre, l'année se conclut avec la célébration des premières vêpres de la Solennité de Sainte Marie Mère de Dieu et le Te Deum en la basilique Saint-Pierre, en action de grâce pour l’année écoulée. Le Pape François, souffrant d’une sciatique, n’a pu présider la cérémonie. Le cardinal Re l’a remplacé, lisant l'homélie préparée par le Pape, axée sur l’amour du prochain que cette année marquée par la pandémie a révélé.
     

    Cette célébration du soir a toujours un double aspect: avec la liturgie, nous entrons dans la fête solennelle de Marie Très Sainte Mère de Dieu; et en même temps, nous concluons l'année civile avec le grand hymne de louange, a d’emblée affirmé le cardinal Giovanni Battista Re au nom du Pape, précisant que le premier aspect serait développé demain, car ce soir «nous rendons grâce pour l'année qui touche à sa fin.»

    Quel sens donner aux drames de cette année?

    «Nous te louons, Dieu, nous te proclamons Seigneur...». L’on pourrait croire qu'il est forcé de remercier Dieu au terme d'une année comme celle-ci, marquée par la pandémie, a constaté le cardinal italien, confiant sa prière «aux familles qui ont perdu un ou plusieurs membres, à ceux qui ont été malades, à ceux qui ont souffert de la solitude, à ceux qui ont perdu leur emploi...» 

     

    Et le doyen du Sacré Collège d’interpeller les fidèles: «Parfois, quelqu'un demande: quelle est la signification d'un tel drame? Nous ne devons pas être pressés de répondre à cette question. Même Dieu ne répond pas à nos "pourquoi" les plus angoissés en recourant à des "raisons supérieures"». La réponse de Dieu suit en effet «le chemin de l'Incarnation», comme le chante l'Antienne au Magnificat: «Par le grand amour avec lequel il nous a aimés, Dieu a envoyé son Fils dans une chair de péché».

    Le Dieu berger n’abandonne pas ses brebis

    «Un Dieu qui sacrifierait des êtres humains pour un grand dessein, même si c'était le meilleur possible, n'est certainement pas le Dieu qui nous a révélé Jésus-Christ. Dieu est Père, "Père éternel", et si son Fils s'est fait homme, c'est par l'immense compassion du cœur du Père», a poursuivi le cardinal originaire de Brescia. Or, soutient-il, Dieu est un berger, et quel berger abandonnerait ne serait-ce qu'une seule brebis, pensant qu'entre-temps il en reste beaucoup d'autres? «Non, ce Dieu cynique et impitoyable n'existe pas. Ce n'est pas le Dieu que nous "louons" et "proclamons Seigneur"», assure-t-il, proposant «un sens» à ce drame de la pandémie comme à d’autres fléaux qui frappent l'humanité: «celui de susciter en nous la compassion et de provoquer des attitudes et des gestes de proximité, de soin, de solidarité.»

    L’engagement quotidien pour l’amour du prochain

    Selon le cardinal Re, c'est ce qu’il s'est passé et se passe à Rome ces derniers mois, et pour cela surtout, «ce soir, nous rendons grâce à Dieu»: «pour les bonnes choses qui se sont produites dans notre ville pendant le confinement et, en général, pendant la période de la pandémie, qui n'est malheureusement pas encore terminée. Il y a tant de gens qui, sans faire de bruit, ont essayé de rendre le fardeau de l'épreuve plus supportable», a-t-il relevé à quelques heures du changement d’année.

    Ainsi toutes ces personnes silencieuses, avec leur engagement quotidien, animés par l'amour du prochain, ont accompli les paroles du Te Deum, car «la bénédiction et la louange que Dieu apprécie le plus est l'amour fraternel».

    «Les travailleurs de la santé-médecins, infirmières, bénévoles- sont en première ligne, et pour cette raison, ils sont toujours dans nos prières et méritent notre gratitude; tout comme de nombreux prêtres, religieux et religieuses. Mais ce soir, nos remerciements vont à tous ceux qui s'efforcent chaque jour de poursuivre leur famille et leur service pour le bien commun de la meilleure façon possible», a déclaré le cardinal Re, pensant aussi en particulier «aux directeurs d'école et aux enseignants», et «aux administrateurs publics».

    La force de Dieu, plus puissante que l’égoïsme

    «Tout cela ne peut se faire sans grâce, sans la miséricorde de Dieu. Nous savons par expérience que dans les moments difficiles, nous sommes enclins à nous défendre - c'est naturel - pour nous protéger et protéger nos proches, pour protéger nos intérêts... Comment se fait-il alors que tant de personnes, sans autre récompense que celle de faire le bien, trouvent la force de se soucier des autres?», a-t-il demandé, esquissant cette réponse:  «Au fond, même s'ils n'y pensent pas eux-mêmes, ils sont poussés par la force de Dieu, qui est plus puissante que notre égoïsme.»

    «C'est pourquoi nous le louons, parce que nous croyons et savons que tout le bien qui s'accomplit jour après jour sur la terre vient, en fin de compte, de Lui. Et en regardant l'avenir qui nous attend, nous implorons à nouveau: "Que ta miséricorde soit toujours avec nous, en toi nous avons espéré"», a conclu le doyen du Collège des cardinaux ce jeudi 31 décembre.

    Source ici :

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le Pape convoque une année “Famille Amoris Laetitia”

    cq5dam.thumbnail.cropped.1000.563.jpg

    L’annonce a été faite ce dimanche 27 décembre 2020, où l’Église célèbre la Sainte Famille de Nazareth: le Souverain pontife décrète une année “Famille Amoris Laetitia”, qui sera inaugurée au cours de la prochaine solennité de saint Joseph, le 19 mars 2021.
     

    Pour le Pape, la fête de ce dimanche rappelle l’urgence de redécouvrir l’appel de la famille à être «évangélisatrice par son exemple de vie» en proposant à nouveau «l'idéal de l'amour conjugal et familial, comme le souligne l'exhortation apostolique Amoris laetitia», dont le 5e anniversaire de publication aura lieu le 19 mars prochain. Aussi, cette année sera-t-elle l'occasion «d'approfondir le contenu de ce document», a annoncé le Saint-Père au cours de l'Angélus.

    Cette année spéciale, intitulée “Famille Amoris laetitia”, sera donc inaugurée lors de la prochaine solennité de Saint Joseph et se terminera avec la 10e Rencontre mondiale des familles qui se tiendra à Rome en juin 2022, en présence du Saint-Père, précise un communiqué du Dicastère Famille, laïcs et vie, cheville-ouvrière de l'événement.

    «Des outils pastoraux seront mis à la disposition des communautés ecclésiales et des familles, pour les accompagner dans leur cheminement», a expliqué le  Souverain pontife, qui invite en conséquence tous les fidèles à se joindre dès à présent aux initiatives qui seront promues au cours de cette année par le Dicastère romain.

    «Confions à la Sainte Famille de Nazareth, en particulier à saint Joseph, époux et père attentif, ce voyage avec les familles du monde entier», a conclu le Saint-Père, qui le 8 décembre dernier, a décrété une autre Année spéciale dédiée justement à l’Époux de la Vierge Marie, par le biais de la Lettre apostolique Patris corde

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les anges dans nos campagnes

    Lien permanent 0 commentaire
  • Joyeux Noël !! Jésus est né !!!

    132842721_3051096271660204_9009177051391772430_n.jpg

    Joyeux Noël !! Jésus est né !!!
    Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule; On l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.
     
     
    Lien permanent 0 commentaire
  • NOËL 2020

    horaire messe noel.PNG

    Lien permanent 0 commentaire
  • La cuvée du Sanctuaire

    Visuel-Vente-Vin-Sanctuaire-2-980x612.png

     

    100 % des recettes seront destinés à la vie quotidienne des Sœurs et à l’entretien courant du Sanctuaire.

    Ces vins vous sont proposés en cartons de 6 bouteilles (Possibilités de panachage 3 blancs, 3 rouges). 

    Commande sur place ou par mail : association.petitroidegrace@gmail.com 

    Lien permanent 0 commentaire
  • Eglise en Côte-d’Or : cap sur l’écologie !

    Lu sur le site du Diocèse :

     

    Le numéro de décembre 2020 d’Église en Côte-d’Or vient de paraître. A cette occasion, le directeur de la publication du magazine diocésain répond à nos questions.

     

    Pour ce mois de décembre, le dossier est consacré à l’« Année Laudato Si’ »… pourquoi avoir choisi ce sujet ?

    « Nous ne pouvions pas finir l’année 2020 sans parler du cinquième anniversaire de la publication de l’encyclique Laudato Si’. Notre pape François a décidé de mettre en place une année centrée sur ce thème, elle a commencé en mai dernier et s’achèvera en mai prochain. Dans l’article principal, nous donnons la parole au père Dominique Garnier, qui a étudié cette encyclique en profondeur. »

    En deuxième page, l’édito de Monseigneur Minnerath reprend ce thème…

    « Il insiste sur la prise de position de l’Eglise au sujet de la défense de la « Maison commune » et de la bataille pour la vie qui a lieu actuellement. L’encyclique du pape François, nous rappelle-t-il, nous rend attentifs à la dimension humaine de l’écologie. »

    Quelles sont les actualités mises en avant dans ce numéro d’Eglise en Côte-d’Or ?

    « Comme dans chaque numéro, nous évoquons les actualités du diocèse pour le mois précédent. En raison du confinement, le mois de novembre n’a bien sûr pas connu les mêmes événements que d’habitude. Nous revenons néanmoins sur l’assemblée plénière des évêques de France qui s’est tenue en visioconférence sur le thème de l’agriculture, ou encore sur la bénédiction des tombes des prêtres au lendemain de la Toussaint. »

    Et du côté des paroisses ?

    « Le 14 novembre dernier, une messe a été célébrée en la cathédrale de Dijon pour la fête de Saint-Bénigne. Elle a été retransmise sur YouTube le jour même. Nous proposons une synthèse de l’homélie de Mgr Minnerath à cette occasion. Nous présentons également l’année de prière mise en place par les sœurs de Saint-Joseph de Cluny, pour la canonisation d’Anne-Marie Javouhey. » 

    Pour ce qui est de la page Jeunes, on évoque le Parcours Alpha Jeunes…

    « Le père Augustin Pascal, aumônier du lycée Carnot, n’a pas voulu que le confinement marque l’arrêt des rencontres qu’il organise avec les jeunes. Il a poursuivi ces réunions grâce à la visioconférence. Cela a été l’occasion de leur demander comment ils vivaient ce temps particulier, notamment pour ce qui est de leur vie de foi. »

    Quel est le Visage diocésain pour ce mois de décembre ?

    « Il s’agit de Sœur Aleth, qui est religieuse chez les sœurs de Saint-Joseph de Cluny. Elle raconte le chemin parcouru depuis son enfance à Busserotte-et-Montenaille jusqu’au lycée de Chamblanc dont elle a été la directrice. Elle évoque aussi son engagement auprès des familles de détenus de la maison d’arrêt de Dijon. Elle conclut sur cette belle phrase : chaque visage est un reflet de Dieu. »

    Si vous souhaitez vous abonner à Eglise en Côte-d’Or, rendez-vous sur cette page.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Denier : le plan de relance, c’est vous !

    mail.jpeg

     

    Lu sur le site du Diocèse :

     

    En cette année 2020 marquée par la pandémie et deux longs confinements, de nombreuses entreprises connaissent de graves difficultés financières. Nous pensons et prions pour toutes les personnes touchées, en particulier celles qui travaillent dans le secteur de la restauration et du tourisme, ainsi que les petits artisans.

    Il convient de rappeler que le diocèse de Dijon, lui aussi durement impacté, ne perçoit aucune subvention. Ni de l’Etat, ni des collectivités, ni du Vatican. Les nombreuses messes qui n’ont pu être célébrées au printemps et à l’automne entraînent un déficit important dans les finances de nos 60 paroisses : il leur manque, pour la plupart, un tiers du budget annuel.

    Le denier couvre de nombreux besoins

    Conscient des difficultés financières de chacun, le diocèse rappelle que donner au denier permet non seulement de faire vivre nos prêtres, qu’ils soient en activité ou retirés, et d’assurer le fonctionnement de ses services.

    Sachez que votre don donne droit à une déduction fiscale : Si vous donnez à titre personnel, vous pouvez déduire de vos impôts 66 % de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. (Ex : pour un don de 100€, après déduction fiscale, celui-ci ne vous coûtera que 34€)

    Quel que soit le montant de votre don, soyez remercié pour votre générosité !

    Pour faire un don, cliquez ici

    Lien permanent 0 commentaire
  • Une lettre pastorale 2020 centrée sur le thème de la liberté

    lettre pastorale 2020.PNG

     

    Lu sur le site du Diocèse :

     

    Comme chaque année pour le début de l’Avent, Mgr Roland Minnerath vient de publier sa lettre pastorale, axée sur le thème de la liberté.

    Intitulée Ma liberté en ce temps d épreuves, la publication diocésaine revient sur cette année particulièrement éprouvante, notre archevêque estimant que « les épreuves n’ont jamais épargné le genre humain ».

    Il évoque bien sûr la pandémie, mais aussi, en référence au récent attentat de Nice, au terrorisme islamiste « qui sème l’inquiétude sur notre sécurité ». Notre archevêque précise que « la protection de la santé publique est un devoir prioritaire de la puissance publique ».

    La vérité, c’est le Christ

    Mgr Minnerath s’exprime également sur le fait d’être privés d’eucharistie, un manque « qui doit aiguiser notre besoin d’eucharistie ». Il note : « Même l’éloignement temporaire de l’eucharistie peut être vécu d’une manière positive comme résolution de ne plus la manquer ».

    Pour notre archevêque, « nous sommes libres en vue de choisir le bien, de chercher la vérité et d’y adhérer. Suivre nos désirs et nos penchants n’est pas un acte de liberté, mais d’abdication de notre liberté. »

    Après avoir souligné que « l’Evangile nous fait parcourir un chemin de liberté », et que « la vérité c’est le Christ, à nous d’en témoigner », notre archevêque conclut par un passage du psaume 70 : « Tu es mon aide et mon libérateur. Seigneur ne tarde pas. » (Ps 70, 6)

    Retrouvez le texte intégral de la Lettre pastorale de l’Avent 2020 sur ce lien.

    Lien permanent 0 commentaire
  • 5ème Salon du livre et des médias chrétiens

    Reçu par mail :

    Le Salon n’aura donc pas lieu, comme initialement prévu, en présentiel dans la salle Devosge de Dijon.

    Le Salon sera dans un premier temps, numérique. Les 37 auteurs ont été invités à enregistrer une vidéo de 3-4 mn pour se présenter et parler de leur ouvrage. Ces vidéos seront disponibles sur le site www.salondulivrechretiendedijon.comà partir du 8 novembre. Elles seront accessibles à tous, à tout moment. Le site sera mis à jour et complété pendant tout le mois de novembre.

     Le Salon serale 12 décembreradiophoniqueSur les ondes de RCF en Bourgogne, les auditeurs pourront en suivre le déroulement  ‘’comme s’il avait lieu en présentiel’’. A 10h, il sera inauguré virtuellement. Après la remise des 2 Grands Prix ‘’Témoignage’’ et ‘’Laudato Si ’’, nous diffuserons toute une série d’interviews des auteurs inscrits, interviews de 15 mn chacune, qui auront été réalisés au préalable par un collectif de journalistes et de producteurs de (presque) toutes les radios locales RCF, de Belgique et de France. Ces émissions permettront de découvrir et de mieux connaître les auteurs participants !

    Les ouvrages présentés seront disponibles à la vente à la librairie Grangier, notre partenaire pour ce Salon, sur leur site  www.librairie-grangier.com , sur leur adresse drivelibrairiegrangier@gmail.com, au téléphone 03.80.50.82.50 et dans leur magasin, 14 rue du Château à Dijon.

    Nous comptons sur vous pour relayer auprès de vos contacts cette nouvelle version du Salon, pour que ce soit un bel évènement qui permette de bien valoriser la richesse de l'édition chrétienne en 2020 ! 

    Lien permanent 0 commentaire