Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nouvelles du Sanctuaire

Reçu par mail :

 

Belle messe, dimanche 17 à 8h30

au Sanctuaire de l’Enfant Jésus.

Les jeunes s’investissent à la « Chorale ». 

Ils jouent et chantent !

Prenez contact avec les sœurs pour plus d’infos…

Ou rendez-vous à l’église tous les samedis  après 18h30, pour les répétions !

20170917.jpg

 

Le 14 septembre dernier à la messe de 18h30, au Sanctuaire,

                               Il a été célébrée la fête de la Croix Glorieuse ainsi que les           

180 ans de la consécration de l’église du Sanctuaire.

 

201709172.jpg

Pour l’occasion, les sœurs ont allumé un petit lumignon au pied de la plaque qui se trouve au fond de l’église.

 

Joseph Delissey   nous en parle dans son livre « Le vieux Beaune »

 

« TROISIEME MONASTERE      

 

L'exiguïté de leur second monastère, situé rue du Rempart, et surtout la privation d'un jardin, avaient conduit les Carmélites à rechercher une propriété plus vaste où elles pourraient édifier un nouveau couvent doté de toutes les dépendances nécessaires.

Cet immeuble appartenait alors à Mme veuve Cochey, demeurant à Beaune, faubourg Saint-Nicolas ; il se composait de bâtiments d'habitation en bordure de la rue de Chorey et d'un terrain d'une superficie totale de 3 hectares 95 ares 95 centiares.

Dès que l'achat en eut été réalisé, les Carmélites se préoccupèrent d'y faire exécuter les constructions indispensables pour le mettre en rapport avec sa nouvelle destination.

La propriété fut complètement entourée d'un mur de clôture élevé et, en 1836, on édifia la chapelle, les bâtiments claustraux et les annexes ; le tout a été si bien compris et prévu que le convent des Carmélites de Beaune est remarquable sous le double rapport de la correction du style et de la répartition.

On aménagea, croyons-nous, les anciens bâtiments en chambres pour les tourières et en appartements pour les hôtes ; la chapelle est d'une élégante simplicité ; son entrée principale fait face au nord et le chœur est orienté au sud ; c'est dire que le mur ouest longe la rue de Chorey ; quant au cloître, il est édifié à l'est de la chapelle contre laquelle il vient s'appuyer.

Cette chapelle a été consacrée le 14 septembre 1837 par Mgr Claude Rey, évêque de Dijon, sous le double vocable de l'Enfant Jésus et de saint Etienne ; une inscription latine placée à l'intérieur rappelle la construction du monastère ; cette inscription, composée par M. Joseph Bard, historien beaunois, est ainsi conçue : »

 

D. 0. M.

GREGORIO. XVI. PONTIFICE. MAXIMO.

CLAVD. REY. DIVION. EPISCOPO.

HOC. MONASTERIVM. MIRIF. DISTRIBVTVM.

FOVENS. ADDIVANS. VIG. ACCVR. Q.

MARIA. DE. IESV. IOHAN. RADO. DV. MATZ.

REV. MATER. PRIORISSA.

N. ANNI. SPATIO. EREXIT.

AN. REP. SALVT. M.DCCCXXXVI.

 

Traduction :

A Dieu très bon et très grand, sous le souverain Pontificat de Grégoire XVI, sous l'épiscopat de Claude Rey, de Dijon, ce monastère fut construit, grâce au zèle et aux soins vigilants de la Révérende Mère Prieure Marie de Jésus, Jeanne Rado du Matz, en l'espace d'une année, en l'an 1836 de la Rédemption

 

Lien permanent Catégories : L'Enfant Jesus de Beaune 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.